Histoire


1685

La première observation du syndrome des jambes sans repos est attribuée à Thomas Willis qui avait déjà décrit en 1685 un patient présentant les symptômes typiques. L'apparition de ces troubles à l'époque a été liée à la propagation simultanée de la consommation de café en Europe à partir de 1615. En ce temps-là, on soupçonnait qu'une cause psychique en était à l'origine.

 

1923

En 1923, H. Oppenheim a reconnu la composante héréditaire de la maladie tandis que Ask-Upmark et Nordlander en soulignaient le rapport ave l'anémie. Le docteur Ekbom a été le premier à utiliser les expressions «irritable legs» et plus tard «restless legs». Depuis lors, la maladie est également appelée le «syndrome d'Ekbom». Ekbom supposait que des troubles vasculaires en étaient la cause. Dans les premières publications à ce sujet, on parlait souvent des troubles analogues au niveau des bras. Bornstein a proposé, par conséquent, d'utiliser l'expression de «restless limbs».

 

1953

Le tableau clinique des mouvements périodiques des jambes pendant le sommeil (MPJS), semblable à celui du syndrome des jambes sans repos, a été décrit cliniquement pour la première fois en 1953 par Symonds, sous le nom du «myoclonie nocturne». Plus tard, le groupe de Lugaresi a réalisé des enregistrements polygraphiques du sommeil et a décrit des patients

souffrant de MPJS mais sans RLS.

 

1982

Les médicaments le plus souvent choisis dans le traitement du syndrome des jambes sans repos, les agonistes dopaminergiques ou L-Dopa, ont été utilisés pour la première fois en 1982 par Apkinar et ses collaborateurs. Malgré beaucoup de bonnes publications en anglais et en allemand à ce sujet, la maladie reste peu connue de beaucoup de médecins. En Suisse la période de latence entre le début des premiers symptômes jusqu'au diagnostic est de 20 ans, en moyenne.

 

Kontakt

Contact

 

Diskutieren Sie mit anderen Betroffenen via Facebook

 

Discutez avec d'autres personnes concernées via Facebook

Codicontin® der Schweiz bald nicht mehr erhältlich

Von Prof. Dr. J. Mathis

Le Codicontin® ne sera bientôt plus disponible en Suisse

Prof. Dr J. Mathis